En bref :

Le développement de la compassion est une chose ardue. Nous sommes tous certainement conscients, du moins nous l’admettrons verbalement facilement, que l’expression de la compassion est une chose désirable en soi.

Si nous étions capables d’exprimer la compassion envers nous-même, nous n’aurions peut-être pas tant besoin d’aller arracher à nos proches des marques d’affection, nous serions capables plus aisément de (nous) pardonner et ce faisant d’agir et de construire nos vies quotidiennes de façon positive et non réactives. Plus généralement, faire preuve de compassion c’est être capable de recevoir l’autre. S’il s’agit d’auto-compassion c’est la capacité à se recevoir, à s’accueillir et s’accepter tels que nous sommes. Partant, cette acceptation permet à chacun de (se) donner sans compter si nerveusement, sans avoir peur de perdre. Pour générer de la compassion, un revirement de perspective radical du point de vue de l’individu est nécessaire. Nous ne détaillerons pas ici les commentaires quant à ce changement de perspective, mais nous allons proposer une pratique qui permet de s’apercevoir de quoi il s’agit précisément en pratique. La pratique que nous proposons ici est plus que largement inspirée de ce que les adeptes du Bouddhisme nomment Tonglen.

La durée de cette pratique est de 10 à 15 minutes au moins. Pratiquez là autant que vous voudrez.

Pourquoi ?

Apprendre à rester présent face aux aléas et difficultés de l’existence – que ceux-ci soient existentiels, relationnels ou autre. Développer la compassion envers soi-même.

Comment ?

Etape 1 : Il convient que vous vous asseyez sur une chaise les mains sur les cuisses, avec la colonne bien droite, ou en tailleur de façon analogue. Une posture de méditation traditionnelle conviendra également. Pour cela siddhasana ou padmasana sont adaptés.

Etape 2 : Prenez conscience d’une des difficultés que vous traversez actuellement. Il peut s’agir d’un problème d’argent, d’une rupture, d’un licenciement, de la mort d’un proche ou que sais-je. Prenez un problème, c’est-à-dire un évènement ou une situation qui vous tourmente. Une fois que vous avez ce problème en tête, essayez de bien en prendre conscience c’est à dire de ‘voir’ l’entièreté de ce que vous refusez d’accepter et qui vous heurte.

Etape 3 : A présent, placez votre attention conjointement sur votre respiration et sur ce problème. A l’inspiration ayez la volonté d’accepter, de recevoir, de prendre ce problème dans vos bras. Inspirez vos émotions conflictuelles. A l’expiration, relâchez de la joie, de la lumière, de la légèreté et du bonheur.

Pour vous aider à faire cela, imaginez que votre cœur distille toute cette noirceur. Votre cœur transforme la noirceur que vous inspirez en quelque chose de rayonnant et de positif.

Etape 4 : Pratiquez le Tonglen en ayant bien conscience de ce que vous souhaitez transformer dans votre attitude et dans votre vie. Il n’y a pas de limite à cette pratique. Avec le temps vous pourrez la pratiquer vis-à-vis des autres, c’est-à-dire que vous pourrez de façon similaire générer de la compassion pour les autres, et même pour ceux qui n’ont pas encore gagné votre cœur.