Etes-vous un activiste ? Etes-vous épris des luttes contre l’injustice et les inégalités sociales ? Partez vous régulièrement au front, sur facebook ou dans les commentaires youtube contre les carnivores qui ne partagent pas votre sensibilité envers les animaux ? Si la réponse est oui, je vous conseille de poursuivre la lecture. Si ce n’est pas votre cas, vous avez forcément un ami dans cette situation. Vous savez ce vegan qui souhaiterait voir mourir dans d’atroces souffrances tous les bouchers et charcutiers de cette planète. Il se pourrait que tout cela vous fasse songer à cette personne qui donne discrètement de son temps chaque samedi matin pour les démunis du quartier ou pour prendre en charge un aspect de la vie communautaire à laquelle elle participe.

Après quelques années de pratique, je me rends compte de la vanité de certains de mes engagements. Je dois bien l’avouer, moi aussi, il m’est arrivé de sortir l’artillerie lourde contre des individus qui ne partageaient pas mes sensibilité sur internet. En le faisant, je me rendais bien compte de la perte de temps que cela représentait. Je me rendais aussi compte que je ne parviendrais pas à changer l’opinion de qui que ce soit de cette manière. Mais pourquoi m’adonnais-je à ce passe-temps – il faut bien l’avouer – un peu ridicule ?  Il pouvait m’arriver d’ailleurs de rester très courtois, mais au fond qu’espérais-je apporter au monde depuis mon clavier ?

Je crois qu’il n’existe pas de réponse univoque à la question. Un ensemble de choses probablement. Mais ce n’est pas de cela, exactement, dont je voudrais vous parler. Nous avons tous des sensibilités plus ou moins marquées sur certains sujets, parfois aussi en raison de notre passé. Peut-être qu’aussi, nous sommes pris au piège par l’image que nous souhaitons avoir de nous-même. Nous la nourrissons à travers ces échanges. A vous d’en juger, et à vous seuls !!

Maintenant, passons aux choses sérieuses. Les fixations et les passions sont des thèmes récurrents en psychologie et plus particulièrement en psychanalyse. Nous pourrions ici utiliser les deux mots de façon interchangeable, bien qu’ils ne le soient pas dans le cadre de cette discipline qu’est la psychanalyse.

La question qui nous intéresse ici en priorité est de savoir si vous êtes plutôt dans le camp de ceux qui se nourrissent de leur engagement ou plutôt dans le camp de ceux qui s’y avilissent.

Un moyen simple et efficace pour trancher est d’effectuer un petit « reality-check » ou encore de faire le point avec la réalité.

Utilisez-vous souvent les mots « stupides », « débiles », « attardés » ou « moutons » pour designer d’autres individus quand vous vous informez sur vos sujets favoris ? En particuliers, qualifiez-vous ainsi souvent – intérieurement ou à haute voix – ceux qui ne sont pas d’accords avec vous?

Etes-vous devenus en colère et ou vexé à la suite d’une discussion avec un proche ou un collègue au sujet d’un de vos engagements ? En exprimant un avis politique ou au sujet de la société ?

Avez-vous un a priori sympathique à l’égard des inconnus qui partagent apparemment vos convictions ?

Si vous avez répondu oui à l’une ou plusieurs de ces questions, c’est que vous êtes probablement un peu du côté obscur de la force. Autrement dit, que vous pourriez trouver matière à vous améliorer et à vous repositionner par rapport aux sujets qui vous touchent et vous émeuvent. En effet, la négativité, la colère, le mépris ou la haine ne sont pas des émotions à cultiver pour apporter quelconque changement positif à votre vie ou au monde. Ces émotions sont de véritables sonnettes d’alarmes qui doivent vous permettre de vous remettre en question. Ils ne devraient pas être renforcés, sans quoi vous risquez de commencer à ressembler à ce qui vous croyez combattre. En outre, les messages que vous exprimez risquent d’être décrédibilisés par une telle attitude.

Que faire ?!

En prendre conscience, c’est déjà beaucoup. C’est le point de départ de tout changement véritable et durable. Vous pouvez également consacrer un peu de temps quotidiennement ou de façon hebdomadaire pour décider d’une action à reproduire ou à éviter et suivre cette évolution au fil du temps. A vous de juger. N’hésitez pas à réagir à ce billet et à partager avec nous vos astuces ou vos conseils.