Le management moderne semble se préoccuper de notre bien-être … Et si nous en faisions au moins autant ?

La respiration est instinctive, certes. Elle se produit, sans effort. Mais la respiration aussi est un fidèle miroir de notre construction personnelle et de nos émotions. Si indispensable à la vie qu’elle est régie par notre système nerveux autonome ; autrement dit la respiration s’effectue sans qu’on ait besoin d’y penser. Hélas, anxiété et stress chronique ont tendance à la rendre plus courte et saccadée.

Le langage courant consacre d’ailleurs cette réalité à travers des expressions telle « qu’en avoir le souffle coupé » pour exprimer l’intensité de notre surprise. Emotions et respiration sont donc étroitement imbriqués.

Que peut-on espérer des techniques de respiration consciente?

Les techniques de respiration sont de véritables outils de gestion du stress et de nos émotions. Plus largement, ces outils sont susceptibles de nous aider à garder une bonne santé mentale et physique. L’Université de Californie UCLA a d’ailleurs récemment publié une étude mettant en évidence quelques vertus de la respiration consciente.  « Ce programme a aidé les adolescents à accroitre leur contrôle sur leurs comportements en leur fournissant des outils pour répondre aux situations difficiles d’une façon constructive et consciente, plutôt qu’impulsive » explique Ghahremani qui a conduit l’étude au Centre pour Comportements Addictifs au sein de l’UCLA. Ce dernier souligne également l’avantage de ces programmes – à l’instar du programme YES ! – basés sur un ensemble de postures et de techniques de respirations conscientes. En effet, « contrairement aux solutions médicamenteuses, ils permettent de développer un sens des responsabilités et de l’autonomie chez les jeunes gens »

Les équipes du Professeur Jay Gottfried à l’université Northwestern ont également montré, qu’outre la réduction du stress, la respiration était en charge de la synchronisation de plusieurs régions cérébrales. En particuliers de zones du cerveau responsables de la mémoire et du traitement des émotions.

Il ne semble donc peut-être pas si farfelu ou superflu de s’y attarder quelques instants.

Par où commencer ?

Un bon point de départ pour améliorer ses habitudes respiratoires est d’en prendre conscience. Concrètement, réservez-vous des créneaux de 5 minutes pour observer, dans les transports en commun, dans votre voiture ou même avant de commencer une leçon.

Respirez-vous par le nez ? Par la bouche ?

Votre respiration est-elle longue ou plutôt courte ?

Est-ce que votre ventre se gonfle et se dégonfle , après inspiration et expirations ? Est-ce seulement la poitrine qui se gonfle ?

Ces différentes questions vous seront utiles afin de prendre conscience de l’état de votre respiration. Répétez l’exercice en différentes situations et observez-en l’incidence sur la respiration.

http://newsroom.ucla.edu/releases/note-to-teens-just-breathe-246556

http://www.jneurosci.org/content/36/49/12448